Chapitre premier : Les blasphèmes contre Dieu                                                     « Le premier à plaider une cause semble avoir raison jusqu’au moment où son adversaire le contredit ». Proverbes 18 : 17.                                                                     

La connaissance de Dieu est le point de départ en matière de la foi dans la religion universelle et éternelle, la religion divine de la soumission. Cela est d’autant plus normal que l’on ne peut adorer en toute sincérité et responsabilité celui que l’on ne connait pas d’une part, et étant donné que l’univers est rempli de puissances de divers horizons que l’on ne doit pas confondre avec l’Être suprême, d’autre part. Malheureusement,  dépourvu de culture générale sur la Bible, Nkusu Nzalampanda a élaboré un discours creux et poussiéreux sur la Divinité absolue en trafiquant les enseignements de ce livre. Sa doctrine  sur un Etre suprême secondé par quatre dieux superviseurs de races ne se repose pas sur la Bible, mais un énorme mensonge fruit d’une  grande ignorance.

Pour réhabiliter Dieu dans ses droits et ses attributs et démontrer au lecteur la supercherie de la doctrine de Nkusu et du Kimbanguisme dit traditionnel, je vais d’abord commencer  par présenter les grandes lignes de celle-ci par rapport à Dieu et, ensuite, les réfuter sur base de la Bible qu’il comprend à tort et à travers pour la légitimer.

Au premier chapitre de son livre « La Bible : Le virus du chaos négro-africain», Lobola –Lo-Ilondo présente la théorie mono-polythéiste du Kimbanguisme dit traditionnel en ces termes :                                                      

« Le choix de ce chapitre au début de ce livre n’est pas sans raison. L’homme noir a de la peine à réaliser qu’il existe plusieurs dieux qui dépendent d’un seul Créateur. Nonobstant toutes affirmations de la Bible qui parlent d’Elohim (pluriel de l’Eloah) ; des quatre créatures vivantes, des dieux, l’homme noir considère qu’il existe seulement un seul dieu qui dirige la terre en autocrate.                                                                

Alors que l’islam, le bouddhisme et le christianisme offrent les preuves de l’existence de plusieurs dieux, l’homme noir christianisé n’arrive toujours pas à comprendre le fond de la réalité. Force est de le ramener dans la Bible pour un examen assez approfondi des faits.

Dans Deutéronome 32 : 8 La Bible du « français courant » écrit ce qui suit : « Quand le Très-Haut donna aux nations les parties de terre en héritage, quand il sépara leurs frontières, il plaça un être céleste à la tête de chaque communauté. »                                                                         

Cette logique est parachevée par l’apôtre Jean qui observe clairement dans sa vision un trône entouré des quatre créatures vivantes. (Apo. 4 : 6) les quatre créatures sont certainement les quatre grands esprits disons mieux les quatre dieux qui commandent les religions des quatre grandes races à savoir : les Noirs, les Jaunes, les Blancs et les Rouges. Rien ne sert à vous rappeler que les enfants d’Israël eux-mêmes connaissent  très bien ces choses. La preuve ? Le psalmiste inspiré par Jéhovah leur dieu a écrit : « Dieu se place dans l’assemblée divine au milieu des dieux » Psaume 82 :                                                 

  1. 1.       Il enchaine au verset 6 du même chapitre en disant : « Vous êtes des dieux et vous êtes tous fils du Très-Haut. »                                                                                                                    

Ici, le Très-Haut est une allusion faite au Dieu des dieux, c'est-à-dire au père Créateur dont il a été question dans Deutéronome 32 : 8. Il diffère absolument des dieux car c’est lui le trône autour duquel sont placées les quatre créatures vivantes. Les enfants d’Israël vivant  aujourd’hui en Occident gardent présent dans leurs esprits cette théologie du panthéisme naturel. C’est pour cela que vous trouverez chez eux une théologie vivante pleine des dieux qui tous vivent sous la houlette de Zeus devenu Jéhovah par le christianisme. Cette mythologie contient la substance de la vraie spiritualité pratiquée par l’homme blanc jusqu’à ce jour. S’il n’en était pas ainsi, il ne nous aurait pas amené chez nous leurs dieux « Terminus », « Victoria» (Victoire). Il n’aurait pas dédié les jours de la semaine à la lune (lundi), Mars (mardi), Mercure (mercredi), Jupiter (jeudi), Venus (vendredi), Saturne (samedi).                                                          

 En définitive, l’on doit donc comprendre que les quatre Créatures vivantes que le Pasteur n’a pas clairement identifiées sont les anges gardiens des quatre grandes races des hommes de la terre. Ces anges s’étaient incarnés et constituent ce que la Bible nomme Elohim c'est-à-dire dieu au pluriel. Elles sont à la fois filles et épouses du Créateur car c’est au travers d’elles que le Créateur dira : « Créons l’homme à notre image ».L ‘homme a donc été créé suivant l’image du père mais à la forme de chaque créature vivante. C’est là l’origine même des races. L’esprit du premier temps était Nzambi a Mpungu nommé aussi Maweja, Nzakomba, Mungu. Il s’était incarné et s’est dédoublé aux noms de Nzalapanda et Kitelekinambu (les premiers parents de tous les Noirs).                                                                                                                                                      Ces premiers parents ont aussi procréé les premiers parents de chaque tribu. N’songo et Iyanza (pour ne citer que ceux-là) sont les premiers parents de tous les Mongo et il en est ainsi dans chacune des communautés négro-africaines.  De ces deux personnalités naitront tous les Nègres. Ils sont apparus pour la première fois vers l’Est de la République démocratique du Congo non loin du lac Nyanja. Ce sont là les créatures vivantes du premier temps qui ont existé avec Dieu avant qu’il ne dise : « Que la lumière soit et la lumière fut. » Voilà pourquoi ils sont sombres. La mélanine est donc liée au cycle du temps  de la première création. Kimbangu est  une réincarnation de cette créature originelle des Noirs. Il est le messie noir et les preuves vont suivre bientôt.   

2. L’esprit du deuxième temps, c’est Izuara. A ce cycle le créateur voulait sortir du noir et créa le soleil. Izuara est donc l’esprit du soleil levant la deuxième créature vivante qui s’occupe de tout l’Orient (Chine, les deux Corées, Japon…) Cet être incarné s’appelait Izanami, dédoublé, il a eu pour épouse Izanangi. Ce sont là les ancêtres communs de tous les Orientaux. Bouddha est sa dernière réincarnation et le bouddhisme la religion de ses descendants.

3. Viendra le tour de Lucifer qui signifie l’ange de lumière. Cet être céleste ou cette créature vivante fut créé au cycle de la lune. Rebelle par nature, il a été détrôné et fut remplacé par  Yaweh. Il s’est incarné  pour la première fois en la personne de Melek, celui-là qu’on appelle aussi Adam. Dédoublé il a eu pour épouse Sedek autrement dit Eve ou femme. (Melchisédech). Cet homme est l’ancêtre commun des enfants d’Israël c'est-à-dire des Occidentaux. Jésus est la dernière incarnation de cette créature vivante. La religion de sa postérité est le judéo-christianisme.

4. Le reste des races du monde  sont des races de révolution issues du croisement des races. La principale race de croisement c’est la race rouge (les arabes). L’origine de cette race remonte au mariage (symbolique certes) d’Abraham (le Blanc) avec Agar (la Négresse).Dieu le Très-Haut, c’est-à-dire le père créateur a fait descendre tout un esprit c'est-à-dire une 4iè créature vivante dans le corps formé de cette union, et Ismaël métis issue du 1er mariage multiracial deviendra l’incarnation d’Allah le dieu du Moyen Orient.

Il faut donc préciser que la dernière incarnation d’Ismaël s’est réalisée dans la personne de Mohamed et la religion léguée à sa postérité est l’Islam. (Voir Sourate 62 : 2)           

Tout compte fait, vous découvrez très bien que l’humanité n’est pas issue d’un ancêtre commun comme voudrait bien le faire croire l’impérialisme islamo-chrétien. Chaque race humaine, autant que chaque race des bêtes ou des végétaux est originale. Les sept races de chiens, les cinq des manguiers, les trois ou quatre races de palmiers ont chacune une origine propre.   Chaque Etre céleste responsable de chaque religion ne cache pas non plus les limites de ses frontières. Yaweh par exemple avoue sans hésitation qu’il est le dieu d’Israël alors que Jésus confirme cela en disant : « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël. »(Math 15 : 24)                                                                                                                                                        De son côté Mahomet déclare clairement que chaque communauté a un avertisseur et un livre (Sourate 30 : 47,36 : 3-6)                                                                                                                                   

A la lumière de tout ceci, il devient donc impérieux de comprendre qu’il existe plusieurs dieux qui agissent sous la houlette du père créateur qui est unique. Si donc vous n’aviez pas compris qui sont les quatre créatures vivantes autour du trône dont vous parle la Bible, comprenez qu’il s’agit des 4 principautés surveillants des 4 principales communautés humaines. Yaweh est l’un d’eux et ne doit pas être confondu au père créateur qu’on appelle seulement le Très-Haut ou Tata Mokeli ; le créateur n’est jamais partisan et ne peut être vaincu. Par contre Yaweh dans ses limites confirme ceci : « Dans l’alliance nouvelle que je conclurai avec les enfants d’Israël, je ne tiendrai plus compte de leur péché. » Hébreu 8 :12.Dans Deutéronome 12 : 1-5 il apprend à son peuple comment régner sur les autres nations de la terre. Ayant été vaincu autrefois par les Arabes et les Egyptiens, voici les déclarations de son Messie dans les écrits d’Esaie  61 : 2 : « Il m’a envoyé pour proclamer l’année de bienveillance de la part de Jéhovah et le jour de vengeance de la part de notre dieu. » 

 Quoi donc ! Le créateur peut-il se venger ? Jamais du tout car il ne peut être vaincu.

Quand nous considérons aussi les contradictions qui sont légion entre la Bible et le Coran, nous aurons là aussi une preuve vivante de la diversité des dieux. Le père Créateur lui-même ne peut pas se contredire. Ce sont les dieux c'est-à-dire Allah et Yaweh, qui, en s’occupant chacun de sa postérité enseigne à sa race la vérité relative à un temps et à un espace donné. Quand Allah, par exemple affirme qu’au paradis on aura des épouses pures (Sourate 2 :25).Yaweh dit le contraire : Au paradis les ressuscités ne marient ni ne seront donnés au mariage. Si donc il était là question d’un Dieu unique, on ne verrait jamais de telles contradictions. Pendant que le Coran affirme que le fils qu’Abraham a failli immoler était Ismaël, la Bible dit le contraire et soutient qu’il s’agissait d’Isaac…Vous voyez…

 Pour ce qui concerne Yaweh, il affirme lui-même qu’il n’est qu’un ange. Dans Exode 3 :2 . La Bible souligne clairement que l’Etre que Moise a rencontré dans le buisson ardent était un Ange. Au verset 15 de ce même chapitre   l’ange dévoila son nom repris en tétragramme YHWH. L’auteur des actes des apôtres, le docteur Luc confirme cela dans actes 7 : 38 . Il précise que celui qui a donné la loi à Moise dans Exode 19 :24 et 20 : 21 et qui s’appelait Jéhovah n’était en réalité qu’un ange.

Je suis donc convaincu que toutes ces précisions vous aideront à faire la part des choses. Vous ne pourrez plus à ce niveau confondre le créateur de ses créatures. Le Maître de l’univers est celui à qui tout appartient. Il diffère de Jéhovah qui a acquis Israël.                                                                                                                                                    

Vous avez désormais une idée sur la hiérarchie divine et vous avez compris qu’il existe plusieurs dieux qui émanent d’un seul Créateur, le Dieu Très-Haut ».                         

Telle est la doctrine mono-polythéiste du Kimbanguisme dit traditionnel présentée par Nkusu Nzalampanda et ses collègues. Il ne me reste qu’à la tamiser pour ainsi établir sa fausseté au grand jour.  

                                       Section première : Analyse de Deutéronome 32

« Ne réponds pas au sot en imitant sa sottise, pour ne pas devenir toi-même semblable à lui. Réponds au sot comme le mérite sa sottise, pour qu’il ne s’imagine pas être un homme sensé ». Proverbes 26 : 4-5.

La doctrine mono-polythéiste du Kimbanguisme dit traditionnel se résume en ces points :

1° Le Très-Haut, qui ne serait pas  Yaweh, a placé un être céleste à la tête de chaque race et c’est une allusion faite au Dieu des dieux c'est-à-dire au père Créateur dont il est question dans Deutéronome 32 : 8,             

2° Les quatre êtres vivants  seraient les quatre dieux qui commanderaient les religions de quatre grandes races, à savoir : les Noirs, les Jaunes, les Blancs et les Rouges. Ces quatre êtres vivants seraient donc Yaweh, Allah, Izuara et Mfumu Wamba,

3° Lucifer (Satan) était le dieu d’Adam et Eve mais il a été détrôné et fut remplacé par Yaweh à cause de sa rébellion,

4° Dieu le Très-Haut aurait fait descendre  une quatrième créature vivante  dans le corps formé de l’union entre Abraham et Agar, et Ismaël métis issu du 1er mariage multiracial serait devenu l’incarnation d’Allah, qui serait la quatrième créature vivante et dieu du Moyen Orient,

5° Yaweh, qui serait un ange du Seigneur, est le dieu d’Israël et non pas le Dieu Très-Haut, le Dieu créateur de l’univers,

6° Yaweh et Allah seraient deux divinités différentes,

7°  L’existence de plusieurs dieux…                                                                                                              

D’entrée de jeu, je dois souligner que cette doctrine sur la hiérarchie divine n’est qu’une hérésie, fruit d’une lecture fantaisiste de la Bible en français courant. Nkusu Nzalampanda fait de l’amalgame et fausse le sens de Deutéronome 32 par une acrobatie dont il est seul à détenir le secret.                                                               Son plus grand blasphème c’est qu’il différencie Yaweh de l’Éternel, le Dieu Très-haut et Père Créateur alors que c’est la même entité. C’est cette confusion qui est la mère de sa doctrine blasphématrice. Et pourtant la Bible est sans appel à ce sujet, comme l’on peut bien s’en rendre compte au travers ces textes :

« 4 Josué, Bani, Kadmiel, Schebania, Bunni, Schérébia, Bani et Kenani montèrent sur l'estrade des Lévites et crièrent à haute voix vers l'Éternel, leur Dieu. 5 Et les Lévites Josué, Kadmiel, Bani, Haschabnia, Schérébia, Hodija, Schebania et Pethachja, dirent: Levez-vous, bénissez l'Éternel, votre Dieu,d'éternité en éternité! Que l'on bénisse ton nom glorieux, qui est au-dessus de toute bénédiction et de toute louange! 6 C'est toi,Éternel, toi seul, qui as fait les cieux, les cieux des cieux et toute leur armée, la terre et tout ce qui est sur elle, les mers et tout ce qu'elles renferment.Tu donnes la vie à toutes ces choses, et l'armée des cieux se prosterne devant toi. 7 C'est toi, Éternel Dieu, qui as choisi Abram, qui l'as fait sortir d'Ur en Chaldée, et qui lui as donné le nom d'Abraham. 8». Néhémie 9 : 4 à 8.                                                                                       

 « Ainsi parle l'Éternel, le Saint d'Israël, et son créateur: Veut-on me questionner sur l'avenir, Me donner des ordres sur mes enfants et sur l'œuvre de mes mains? 12 C'est moi qui ai fait la terre, Et qui sur elle ai créé l'homme; C'est moi, ce sont mes mains qui ont déployé les cieux, Et c'est moi qui ai disposé toute leur armée. 13 C'est moi qui ai suscité Cyrus dans ma justice, Et j'aplanirai toutes ses voies; Il rebâtira ma ville, et libérera mes captifs, Sans rançon ni présents, Dit l'Éternel des armées.  » Esaïe 45 : 11 à 13.     

Je suis convaincu qu’étant donné sa connaissance déficitaire de la Bible, le Chef spirituel de Vuvamu n’avait jamais lu auparavant ces deux versets qui témoignent du caractère superficiel et mensonger de sa doctrine sur Dieu. L’Eternel qui a créé les cieux, la terre, leurs armées et l’homme, qu’il qualifie de Père Créateur, de Très-Haut dans sa doctrine, c’est le Dieu d’Israël. 

 Ces deux premiers textes bibliques ne sont pas  une raison suffisante pour abandonner l’analyse à mi-chemin. Au contraire, il est indispensable  de présenter les autres aberrations qui découlent de la contrefaçon du texte de Deutéronome 32 dans le Kimbanguisme dit traditionnel.                         

Pour permettre au lecteur de se faire une idée exacte de ce que cet illuminé et ses pairs  ont inventé, je me dois de souligner que ce texte de Deutéronome 32 a deux variantes très connues. Dans la première variante l’on lit : « Quand le Très-Haut a donné aux nations un héritage, quand il a séparé l’un de l’autre les fils d’Adam, alors il a fixé la frontière des peuples par rapport au nombre des fils d’Israël. Car la part de Jéhovah, c’est son peuple ; Jacob est le lot dont il hérite ».

Il n’est  nullement question ici des êtres spirituels placés au dessus des peuples. Cela mérite d’être souligné.

Dans la deuxième variante, c’est le texte de la Bible en français courant qui   déclare : « Lorsque le Dieu Très-Haut a réparti les pays entre les hommes, il a fixé les frontières des nations ; il a placé chaque peuple sous l’autorité d’un être céleste, mais il s’est réservé le peuple d’Israël, il a pris sous sa protection les descendants de Jacob. »

Il y a des divergences entre ces deux variantes. La première divergence c’est que la fixation des frontières selon le nombre des enfants d’Israël n’existe pas dans la deuxième variante et la seconde c’est que le fait pour le Très-Haut de placer chaque peuple sous l’autorité d’un être céleste n’existe pas dans la première variante.            Ces divergences appellent ces précisions de ma part : 

 Primo, contrairement à la position de la deuxième variante, il convient de souligner que les nations ont été réparties sur terre et leurs frontières délimitées bien avant l’apparition du peuple d’Israël sur la surface de la terre. Déjà au dixième chapitre de Genèse l’on présente, après le déluge, la constitution des nations sur leurs terres délimitées.                                                                                                                                   

Secundo, contrairement aux mensonges débités par Nkusu et le Kimbanguisme dit traditionnel, il n’est nulle part dit dans toute la Bible que Dieu avait placé quatre êtres vivants sur les quatre races humaines, cela n’est pas, non plus, le message qui découlerait même d’une lecture fantaisiste de Deutéronome 32.                                  

Tertio, le Prince congolais des ténèbres et Chef de Vuvamu étale sa grande ignorance de la Bible doublée d’arrogance abjecte avec sa mise en scène macabre. Dans  la Bible en français courant,  c’est la même personne qui a réparti les pays entre les hommes, fixé les frontières des nations et pris Israël en héritage. Bref, c’est le Très-Haut qui s’est réservé Israël. Cela apparaît clairement au verset 9 qui déclare : «mais il s’est réservé le peuple d’Israël, il a pris sous sa protection les descendants de Jacob. »                                                                                                                                                               

Qui s’était réservé le peuple d’Israël selon la Bible en français courant?                                                             La réponse c’est « il ». Tout le monde sait, sauf lui et le linguiste Lobola, qu’ « il » est un pronom personnel qui remplace une réalité déjà mentionnée, le Très-haut pour le cas d’espèce. Cet  argument de bon sens découlant de l’analyse grammaticale élémentaire de la langue française pouvait  être signalé par tout licencié, et même par un élève de 5ième année primaire bien formé, mais lorsque l’on travaille pour autre chose que la vérité en échange d’une bouchée de pain, l’on défend l’indéfendable, tout flatteur vivant aux dépens de celui qui l’écoute !                                                                                                                        

En lisant ce texte dans la Bible en français courant, le sublime imposteur se donne le malin plaisir d’ignorer sciemment le verset 9 qui indique que c’est Dieu le Très-Haut qui a pris Israël pour son peuple. Sa maladresse est d’autant plus criante que pour asseoir son mensonge sacré, il ne lit ce texte de la Bible en français courant que jusqu’au verset 8 et complète sa lecture ou son explication par le verset 9 tirée d’une variante autre que la traduction de la Bible en français courant pour enfoncer davantage  ses fidèles dans les ténèbres en leur faisant croire à ces derniers que c’est le Dieu Très-Haut qui a donné Israël à Yaweh (Jéhovah) comme sa propriété.                                                                     

Voici à présent  la réfutation approfondie de la doctrine mono-polythéiste fabriquée de toutes pièces du Kimbanguisme dit traditionnel :

              Section deuxième : Yaweh, l’Eternel, le Père Créateur et le Dieu Très-haut                                   « Même si l’on écrasait un sot avec un pilon, comme des graines dans un mortier, on n’arriverait jamais à le débarrasser de sa sottise ». Proverbes 27 : 22 .   

Dans cette section je vais présenter des versets bibliques qui démontrent clairement que Yaweh est l’Etre Suprême appelé différemment dans la Bible Éternel, Éternel des armées, Père Créateur, le Très-Haut  et le Dieu Très-haut. Les versets explicitent qui doivent raisonner comme du tonnerre dans les oreilles du Prince congolais des ténèbres et faire voler en éclats son imposture sont :   

1°  « 3Que l'Éternel te bénisse de Sion, Lui qui a fait les cieux et la terre! » Psaumes 134 :3.

2°  « 4 Car l'Éternel s'est choisi Jacob, Israël, pour qu'il lui appartînt. 12 Et il donna leur pays en héritage, En héritage à Israël, son peuple.» Psaumes 135 :4 et 12.

Dans l’original hébreu, le terme Eternel est la traduction du mot « Yahweh ». En d’autres termes, l’Eternel qui a fait les cieux et la terre selon Psaumes 134 : 3, est Yahweh qui n’est autre que le Dieu Très-Haut de Deutéronome 32. Car il n y a pas deux dieux qui auraient fait les cieux et la terre. C’est là effectivement ce que dit le texte de Deutéronome 32 dans la Bible en français courant : 

« Lorsque le Dieu Très-Haut a réparti les pays entre les hommes, il a fixé les frontières des nations ; il a placé chaque peuple sous l’autorité d’un être céleste, mais il s’est réservé le peuple d’Israël, il a pris sous sa protection les descendants de Jacob. »                  

Vous comprenez que le Dieu Très-Haut qui s’est réservé le peuple d’Israël selon Deutéronome 32 n’est autre que l'Éternel ou Yahweh qui s'est choisi Jacob ou Israël pour qu'il lui appartînt selon Psaumes 135 :4 et 12.

D’autres versets bibliques confirmant  que l’Éternel, le Dieu Très-Haut et Père Créateur c’est le Dieu d’Israël:                                                                                

3°  « 14 Ézéchias prit la lettre de la main des messagers, et la lut. Puis il monta à la maison de l'Éternel(en hébreu : Yahweh), et la déploya devant l'Éternel, 15 à qui il adressa cette prière: 16 Éternel des armées, Dieu d'Israël, assis sur les chérubins!C'est toi qui esle seul Dieu de tous les royaumes de la terre, c'est toi qui as fait les cieux et la terre ».Esaie 37 : 14 à 16.                                                                                        

 4°  « 2 Car ils prennent leur nom de la ville sainte, Et ils s'appuient sur le Dieu d'Israël, Dont le nom est l'Éternel des armées(en hébreu : Yahweh)...12 Écoute-moi, Jacob! Et toi, Israël, que j'ai appelé! C'est moi, moi qui suis le premier, C'est aussi moi qui suis le dernier. 13 Ma main a fondé la terre, Et ma droite a étendu les cieux, Je les appelle, et aussitôt ils se présentent. » Esaie 48 :2 ,12 à 13.

 5°  « 13 Et tu oublierais l'Éternel, qui t'a fait, Qui a étendu les cieux et fondé la terre!15 Je suis l'Éternel, ton Dieu, Qui soulève la mer et fais mugir ses flots. L'Éternel des armées est son nom… 22 Ainsi parle ton Seigneur, l'Éternel, Ton Dieu, qui défend son peuple:» Esaie 51:13,15 et 22.                                                

Il n’y a qu’un seul Créateur et Nkusu le reconnait volontiers dans sa doctrine.                                                     Le lecteur objectif comprend que l’Éternel, le Père Créateur des cieux et de la terre et Dieu de tous les hommes selon la doctrine du Kimbanguisme dit traditionnel, c’est celui qui avait élu Israël comme son peuple parmi les autres peuples de la terre, Yaweh.                                  

La plus grande confusion de ce menteur inspiré c’est qu’il confond le Créateur de ses créatures, le Maître de l’univers devant qui tout se prosterne et que tout appartient est celui qui s’était acquis Israël.

Si Nkusu et ses collègues s’obstinent à demeurer dans l’ignorance et à faire fi de croire que le Dieu d’Israël, Yahweh, est le Dieu Très-Haut et le Père créateur dont parle la Bible, ces versets peuvent aussi leur être utiles :                                                                                                                                                                   « 18 Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin: il était sacrificateur du Dieu Très-Haut. 19 Il bénit Abram, et dit: Béni soit Abram par le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre! 20 Béni soit le Dieu Très-Haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains! Et Abram lui donna la dîme de tout. 21 Le roi de Sodome dit à Abram: Donne-moi les personnes, et prends pour toi les richesses. 22 Abram répondit au roi de Sodome: Je lève la main vers l'Éternel, le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre ». Genèse 14 : 18 à 21.

« 15 Balaam prononça son oracle, et dit: Parole de Balaam, fils de Beor Parole de l'homme qui a l'œil ouvert, 16 Parole de celui qui entend les paroles de Dieu, De celui qui connaît les desseins du Très-Haut, De celui qui voit la vision du Tout-Puissant, De celui qui se prosterne et dont les yeux s'ouvrent ».Nombres 24 : 15 à 16.

« 1 David adressa à l'Éternel les paroles de ce cantique, lorsque l'Éternel l'eut délivré de la main de tous ses ennemis et de la main de Saül. 2 Il dit: L'Éternel est mon rocher, ma forteresse, mon libérateur. 3 Dieu est mon rocher, où je trouve un abri, Mon bouclier et la force qui me sauve, Ma haute retraite et mon refuge...7 Dans ma détresse, j'ai invoqué l'Éternel,J'ai invoqué mon Dieu; De son palais, il a entendu ma voix,
Et mon cri est parvenu à ses oreilles… 14 L'Éternel tonna des cieux, Le Très-Haut fit retentir sa voix ».               2 Samuel 22 : 1 à 14.

« 18 Je louerai l'Éternel à cause de sa justice, Je chanterai le nom de l'Éternel, du Très-Haut ». Psaumes 7 : 18.

« 14 L'Éternel tonna dans les cieux,
Le Très-Haut fit retentir sa voix,
Avec la grêle et les charbons de feu ». Psaumes 18 : 14.

« 1 Au chef des chantres. Des fils de Koré. Psaume. 2 Vous tous, peuples, battez des mains!
Poussez vers Dieu des cris de joie! 3 Car l'Éternel, le Très-Haut, est redoutable,
Il est un grand roi sur toute la terre ». Psaumes 47 : 1 à 3.

« 35 Ils se souvenaient que Dieu était leur rocher,
Que le Dieu Très-Haut était leur libérateur ». Psaumes 78 : 35.

« 19 Qu'ils sachent que toi seul, dont le nom est l'Éternel,
Tu es le Très-Haut sur toute la terre! ». Psaumes 83 : 19.

« 6 Avec quoi me présenterai-je devant l'Éternel,
Pour m'humilier devant le Dieu Très-Haut?
Me présenterai-je avec des holocaustes,
Avec des veaux d'un an? ». Michée 6 : 6.    

Etant donné que la vérité ne peut en aucune manière capituler devant la magistrale  imposture du Kimbanguisme dit traditionnel, il y a lieu qu’on approfondisse davantage les ramifications de cette doctrine somnifère.

Section troisième : Yahweh, le dieu de la race blanche ?

 « Quand le sot parle, il cause sa ruine ; il sera pris au piège de ses propres paroles ». Proverbes 18 : 2.

Dans sa doctrine hérétique, le Prince congolais des ténèbres et incarnation de Papa Simon KIMBANGU souligne que la preuve qui établit que Yaweh est un dieu des blancs et non le Dieu de l’univers c’est que : premièrement, il ne remplit pas toute la terre en ce qu’il ne savait pas où se trouvaient Adam et Eve après leur désobéissance et, deuxièmement, il a chassé Caïn loin de sa face dans le pays de Nod, qui est le Nord de l’Egypte. Cela prouve qu’il ne remplit pas tout l’univers, il n’est ni omniprésent ni omniscient. Yaweh est un homme.                                                                                                                                    

Le lecteur objectif ayant déjà appris l’identité de Yaweh, je mettrai l’accent sur les expressions qui ont créé la confusion dans l’esprit des tenants de cette doctrine.                                                                                      Il faut d’emblée relever que la question « Où es-tu ? » posée à Adam et Eve, ne relève pas que Yaweh manquait les attributs de l’omniprésence et de l’omniscience, elle éveillait par contre la conscience de ces derniers sur l’acte qu’ils venaient de poser. C’est justement ce qui arrive même aux parents de  questionner leurs enfants tout en étant au courant de ce qu’ils ont fait.                           

 En effet, Yaweh déclare clairement être au courant de tout ce qui se produit sur la terre et au ciel, rien ne lui échappe et il est présent partout : «Suis-je un Dieu seulement de près ? Ne suis-je pas Dieu aussi de loin ? Un homme peut-il se cacher dans ses cachettes sans que je le voie ? Est-ce que je n’occupe pas tout l’espace du ciel et de la terre-parole de Yahvé  ». Jérémie 23 : 23 à 24 .                                                                             Ce verset apporte la preuve que Yaweh savait bel et bien où s’étaient cachés Adam et Eve après leur forfait, mais la question « Où êtes-vous ? » mettait  seulement à nu qu’ils avaient marché à l’encontre de ce qu’il leur avait dit.Cependant, l’ignorance de l’esprit téléologique du style utilisé par l’auteur du livre de Genèse a fait croire à Nkusu Nzalampanda que Yahweh ne savait pas où se trouvaient Adam et Eve après leur désobéissance.

En plus, chasser Caïn loin de sa face ne veut nullement dire que ce dernier vivait dans une contrée hors de la sphère du contrôle de Yaweh, mais cela signifie seulement  que Caïn était tombé sous la disgrâce. Le contraire de cela c’est vivre devant Yaweh, devant sa face ou ses yeux, ce qui signifie être dans ses grâces. La preuve c’est dans Genèse 17 : 18 à 20 où Abraham sollicite de Yaweh qu’Ismaël vive devant sa face, et cela lui fut accepté.Cette demande d’Abraham ne voulait nullement signifier qu’Ismaël vivait physiquement hors de la sphère du contrôle de Yaweh.

En un mot, ce sont des expressions idiomatiques juives qui ne doivent pas être comprises littéralement. Comment le Créateur de l’univers et de l’humanité ne serait que le Dieu des blancs ? Cela n’a pas du tout de sens !   De toute évidence, cela n’est possible que pour celui qui lit la bible avec des lunettes négro-africaines de Vuvamu.                                  

J’ai été étonné d’apprendre, selon la doctrine de Vuvamu, que le mot  « terre  » employé dans la Bible en rapport avec Yaweh ne concernerait que l’espace territorial où il régnerait et non toute la terre. En effet, l’on présente Luc 2 :1 où l’on lit : «  Or, en ce temps là, parut un décret de César Auguste pour recenser le monde entier » pour soutenir que le mot terre ou monde ne doit pas être pris au sens général du terme car, dans le contexte de Luc 2, le mot  monde ou terre signifie le territoire de l’Empire romain.                                                                       Replaçons chaque chose dans son contexte. Dans Luc 2 :1 il est clair que le mot monde ou terre ne peut pas signifier toute la terre pour la bonne et simple raison que l’empire romain ne s’étendait pas sur toute la terre pour que l’on recensât tous les habitants de la terre, l’univers. Et d’ailleurs les exégètes chrétiens sont d’accord que le mot terre dans ce contexte ne doit nullement être compris au sens extensif ou large. De là généraliser l’assertion  pour toutes les fois qu’il est question de la terre dans la Bible n’est que la poudre aux yeux.

Dans la section précédente, la terre, en rapport avec la création dont Yaweh est l’Auteur, signifie l’univers. Toute autre explication ne serait que du bluff. Au royaume des aveugles et ignorants, Nkusu est un savant et guide !

Pour asseoir l’abominable mensonge consistant à déclarer Yaweh le Dieu de la race blanche, Lobola prévient à la page 69 à 72  de son livre précité:                                    

« Par ailleurs, il convient d’analyser aussi une des déclarations de Jéhovah qui risquerait de porter confusion si l’on y prête attention. Dans le même livre du prophète Esai, Jéhovah promet de bénir l’Assyrie et l’Egypte autant qu’il le ferait à Israël.  Voici ce qu’il dit : « En ce jour-là, il y aura une grande route allant d’Egypte vers l’Assyrie et l’Assyrie viendra en Egypte et l’Egypte en Assyrie et assurément ils serviront l’Egypte avec l’Assyrie. En ce jour là Israël deviendra le troisième avec l’Egypte et l’Assyrie, à savoir une bénédiction au milieu de la terre. » Esai19 : 23  Quelle lecture doit-on faire aujourd’hui de cette prophétie ? Israël vient en 3ème position en termes de puissance à quelle communauté ? Quelles sont ces communautés qui représentent l’Egypte et l’Assyrie aujourd’hui ?                                                                          

En réponse à toutes ces questions je dois de prime à bord dire que l’Egypte et l’Assyrie prophétique d’Esai ne sont pas l’Egypte et l’Assyrie géographique d’aujourd’hui, elles représentent plutôt les deux bouts du monde dans la conception de l’univers à l’époque du prophète. Au-delà de l’Assyrie et de l’Egypte, il n’y avait rien, alors les pays lointains qui devaient s’allier à Israël dans l’avenir, ne pouvaient être que ceux là. C’est justement dans ces pays qu’on pouvait rencontrer les exilés Israélites et Juifs. Ouvrons une parenthèse pour rappeler que hormis le reste vivant en Israël, les Juifs étaient forcés par crainte des représailles des chaldéens à l’exil en Egypte suite au meurtre de Guedahia, chef militaire chaldéen affecté en Juda comme Gouverneur. Pour les différencier des Juifs restés au métropole, les exilés de l’Egypte étaient nommés égyptiens. C’est ce que nous faisons nous aussi aujourd’hui quand nous désignons les congolais de Paris sous le vocable parisiens et ceux de la Belgique : belgicains. Imaginez comment peut-on interpréter ces termes 2000 ans après…C’est dans cette même logique que les Israélites déportés en Assyrie furent nommés eux aussi Assyriens. Les enfants de Jéhovah étaient donc regroupés en 3 grandes communautés : les Egyptiens, les Assyriens et Israël ; (c’est-à-dire ceux restés en Palestine). Les enfants d’Israël dispersés à travers la terre ; n’étaient plus restés sédentaires dans leur premier pays d’accueil. Ils ont gagné des terres plus lointaines jamais connues par le prophète qui ne connaissait que les limites de l’Assyrie et de l’Egypte.

 En analysant profondément ces versets, l’on découvre facilement que l’Egypte et l’Assyrie n’ont jamais parlé la langue des Cananéens ; c'est-à-dire l’hébreu comme le prophétise Esai. Ils n’ont jamais adoré Jéhovah et ne se sont jamais convertis à sa religion si ce n’est les coptes qui loin de parler l’hébreu s’étaient convertis vers le IVème siècle apr. Jésus au christianisme vraisemblablement imposé. Aucun monument n’est élevé jusqu’à ce jour en l’honneur de Jéhovah dans ces deux nations comme la prophétie d’Esai le voudrait.

 Qu’est-ce à dire ? La prophétie n’a-t-elle pas été réalisée ? Bien sûr que si. Elle l’a été belle et bien. Situées presque au sud-ouest et au nord d’Israël, l’Amérique et l’Europe sont aujourd’hui ces deux grands alliés d’Israël, et ils représentent l’Egypte et l’Assyrie du prophète Esai.

 Contrairement à l’Egypte actuelle qui ne jure que par Allah, c’est l’Amérique, grande puissance d’aujourd’hui qui jure par Jéhovah ; ainsi qu’il est écrit : « En ce jour là, il y aura cinq villes au pays de l’Egypte qui parleront une langue de Canaan et jureront à Jéhovah des armées. Alors que l’Egypte, la Turquie et la Syrie parlent l’arabe, c’est l’Amérique et l’Europe qui parlent les langues des cananéens : l’anglais ; le français ; l’allemand ; le portugais…Ce sont les langues nées des celtiques et appelées aussi langues indo-européennes.

 C’est aux U.S .A. que vous verrez le monument dit de la liberté dont le flambeau est tenu par cet être dont la figure ressemble au fils de l’homme de Jéhovah. C’est dans ce pays très éloigné du pays d’origine d’Esai qu’on prête serment au nom de Jéhovah ; bible à la main. La grande route qui relie le reste d’Israël (c'est-à-dire les Juifs installé aujourd’hui en Palestine) avec l’Egypte et l’Assyrie est donc connue : c’est l’OTAN (Amérique et Union européenne) qui intègre totalement Israël comme principal allié au moyen Orient. L’Amérique du nord et l’Europe occidental sont donc cette Egypte et cette Assyrie vue par Esai. Aujourd’hui l’on sait lire que ce sont ces nations là qui ont un destin commun avec Israël. L’Egypte qui en réalité représentait l’Afrique noire  et l’Assyrie qui représentait le monde arabe ne sont donc pas parties prenante du bonheur de Jéhovah. Bien au contraire ce sont juste là les ennemis d’Israël c'est-à-dire des occidentaux.

Tout compte fait, il faut alors être très prudent quant à l’interprétation des versets d’Esai qui risque de faire croire que Jéhovah finirait par devenir un Dieu universel  qui contribuerait au bonheur de l’Assyrie et de l’Egypte. Loin sans faut. Il est et restera leur ennemi. Les descendants des Assyriens le savent car les Israélites jusqu’à ce jour refusent d’accueillir la Turquie et le Maroc dans l’union Européenne. Seuls les Africains (Egyptiens) morts dans leurs sommeils, ignorent toutes ces vérités et leurs origines. Coup de chance pour eux, M’fumu Kimbangu s’est réincarné en la personne de Papa N’kusu ; et nous véhiculons ici l’expression de son enseignement ».

Cette explication puérile et fantaisiste porte en elle-même les germes de sa propre destruction. En effet, fidèle à sa tradition, le Prince congolais des ténèbres a débité des mensonges du début à la fin de cette explication. 

Voici mes antithèses :

Primo, l’Egypte d’ Isaïe 19 ne peut en aucune manière symbolisée les Etats Unis d’Amérique ou Israël car l’on n’y retrouve pas les villes de Tsoan et de Noph qui étaient deux villes de l’Egypte antique, et cela est conforme  à Esaïe 19 : 11 à 13 qui dit :                                                                                                                         «Qu’ils sont bêtes les chefs de Soan, quel conseil stupide que ces sages conseillers du Pharaon ! Comment pouvez-vous dire au Pharaon : « Nous sommes les fils des sages, les fils des rois d’autrefois ? Où sont-ils donc  tes sages ? Qu’ils t’annoncent, qu’ils devinent ce que Yahvé Sabaot a décidé contre l’Egypte ! Les princes de Soan ont perdu le sens, les princes de Nof se trompent, les chefs de ses tribus égarent l’Egypte ».

Il y avait dans l’Egypte antique une ville du nom de ON ou IONOU qui fut débaptisée Héliopolis par les Grecs, c’est à dire la ville du Soleil.  «  L’une d’elles sera appelée ville du soleil  » Esaïe 19 : 18.

Secundo, le confusionniste croit que le sauveur et défenseur des Egyptiens dont  parle Isaïe 19 c’est Papa Simon KIMBANGU.                                                                                                                                    Si les Egyptiens  en question étaient tantôt les exilés Israélites en Egypte tantôt les Américains comme il enseigne, alors Papa Simon KIMBANGU devrait être israélite et /ou américain. Dans ce cas, il ne serait plus le messager de la race noire mais celui de la race blanche, d’après  le Kimbanguisme dit traditionnel.          

 Voyez, cher lecteur, où Nkusu va avec sa comédie religieuse et contredit du coup  Lobola ! Et pourtant Lobola n’a repris que la doctrine de Vuvamu ! Quelle bêtise ! N’est-il pas bon que les mélomanes et les griots puissent laisser la religion aux religieux comme les religieux ont laissé la musique aux musiciens, la comédie aux comédiens ?

Tertio, c’est Yaweh qui devait susciter ce sauveur et défenseur de l’Egypte selon le texte d’Esaie 19.  Il est écrit : « Il sera un signe et un témoin de Yahvé Sabaot  dans le pays d’Egypte .Quand ils crieront  vers lui au temps de l’oppression, il leur enverra un sauveur, un défenseur qui les délivrera ». Esaïe 19 : 20

 Si dans ce texte l’Egypte, l’Assyrie et Israël symbolisent les Etats – Unis d’Amérique, l’Europe, les Juifs et les Israélites, cela ne sera pas une bénédiction pour le monde, selon la doctrine même de Vuvamu, pour la bonne et simple raison que l’Europe et  les Etats –Unis d’Amérique sont un pouvoir  séculier qui milite contre l’établissement du règne terrestre de Dieu. Comme moi, le messie de Madimba et Prince congolais des ténèbres le dit aussi clairement.

Si Papa Simon KIMBANGU était le sauveur de l’Egypte promis dans Esaie 19 d’après sa compréhension, il serait donc l’envoyé de Yaweh et les Noirs, son peuple.                                                                                   Ah, la spiritualité a traversé les frontières ! Comment le dieu de la race blanche, selon Vuvamu, peut-il envoyer aux Noirs un sauveur après leur requête ? Comment alors le « Messager » de Yaweh aux Noirs peut-il interdire à ces derniers de l’adorer ? Quel somnifère !

 Je tiens à souligner que de l’avis des experts, le texte d’Esaie 19 : 16 à 24 est un ajout tardif.  

                                                                                                                                                       

                              Section quatrième : Yahweh, un ange du Seigneur ?                                     

        « Si tu rencontres quelqu’un qui parle sans réfléchir, sache qu’il y a plus à espérer d’un sot que de lui ». Proverbes 29 : 20.

Contrairement à la vérité exposée dans la Bible selon laquelle le seul créateur de l’univers qui s’était approprié Israël comme son peuple à un moment donné se nomme  Yaweh, le blasphémateur Nkusu Nzalampanda le considère comme étant un ange du Seigneur. Il soutient à la page 39 de sa brochure « Pourquoi les Africains sont-ils devenus pauvres ? » : « …Comme vous verrez dans la Bible que le Dieu jaloux d’Israël Yaweh, c’est l’ange de l’Eternel et non le Créateur de l’humanité (Exode3 : 2 - 6)».

De prime abord, je dois souligner que dans sa doctrine hérétique, le blasphémateur et enseignant promis à la race noire soutient qu’un ange du Seigneur ne peut jamais avoir à son service un autre ange du Seigneur.           Dans son entendement, le Seigneur dont il est question ici c’est le Dieu Très-Haut, le Père Créateur dont Yaweh serait un de ses anges.              

Le lecteur attentif comprend qu’en soulignant que Yaweh n’est pas le Dieu Suprême, il a donné la preuve décisive de son escroquerie spirituelle.Les deux premières sections de ce livre contredisent son bavardage frivole, sans tête ni queue.                                                                                                                             Le lecteur doit noter que l’affirmation de Nkusu selon laquelle le Dieu jaloux d’Israël, Yaweh, c’est l’ange de l’Eternel, contient en elle-même une confusion. Pour réfuter ce énième blasphème, je dois relever qu’un ange du Seigneur est une créature spirituelle au service de Yaweh, le Seigneur et l’Eternel. Ange du Seigneur ou de l’Eternel se lit littéralement « Malak Yahweh » en langue hébraïque, cela veut dire en d’autres mots ange de Yaweh. Cela étant, dire que Yahweh est l’ange de l’Eternel, c’est faire simplement de Yahweh son propre ange ,car la phrase « Yaweh, c’est l’ange de l’Eternel » se lit en hébreu  « Yahweh malak Yahweh »et se traduit littéralement en français « Yahweh est l’ange de Yahweh » ou encore « l’Eternel est l’ange de l’Eternel ».

Quelques textes bibliques pour étayer ma thèse :                                                                                           « Satan se leva contre Israël, et il excita David à faire le dénombrement d'Israël. 2 Et David dit à Joab et aux chefs du peuple: Allez, faites le dénombrement d'Israël, depuis Beer-Schéba jusqu'à Dan, et rapportez-le-moi, afin que je sache à combien il s'élève. 3 Joab répondit: Que l'Éternel rende son peuple cent fois plus nombreux! O roi mon seigneur, ne sont-ils pas tous serviteurs de mon seigneur? Mais pourquoi mon seigneur demande-t-il cela? Pourquoi faire ainsi pécher Israël? 4 Le roi persista dans l'ordre qu'il donnait à Joab. Et Joab partit, et parcourut tout Israël; puis il revint à Jérusalem. 5 Joab remit à David le rôle du dénombrement du peuple: il y avait dans tout Israël onze cent mille hommes tirant l'épée, et en Juda quatre cent soixante-dix mille hommes tirant l'épée. 6 Il ne fit point parmi eux le dénombrement de Lévi et de Benjamin, car l'ordre du roi lui paraissait une abomination. 7 Cet ordre déplut à Dieu, qui frappa Israël. 8Et David dit à Dieu: J'ai commis un grand péché en faisant cela! Maintenant, daigne pardonner l'iniquité de ton serviteur, car j'ai complètement agi en insensé! 9 L'Éternel (en hébreu : Yahweh) adressa ainsi la parole à Gad, le voyant de David: 10 Va dire à David: Ainsi parle l'Éternel(en hébreu : Yahweh): Je te propose trois fléaux; choisis-en un, et je t'en frapperai. 11 Gad alla vers David, et lui dit: Ainsi parle l'Éternel(en hébreu : Yahweh): 12 Accepte, ou trois années de famine, ou trois mois pendant lesquels tu seras détruit par tes adversaires et atteint par l'épée de tes ennemis, ou trois jours pendant lesquels l'épée de l'Éternel et la peste seront dans le pays et l'ange de l'Éternel (en hébreu : ange de Yahweh, malak YHWH) portera la destruction dans tout le territoire d'Israël. Vois maintenant ce que je dois répondre à celui qui m'envoie. 13 David répondit à Gad: Je suis dans une grande angoisse! Oh! Que je tombe entre les mains de l'Éternel, car ses compassions sont immenses; mais que je ne tombe pas entre les mains des hommes! 14 L'Éternel envoya la peste en Israël, et il tomba soixante-dix mille hommes d'Israël. 15 Dieu envoya un ange à Jérusalem pour la détruire; et comme il la détruisait, l'Éternel regarda et se repentit de ce mal, et il dit à l'ange qui détruisait: Assez! Retire maintenant ta main. L'ange de l'Éternel (en hébreu : ange de Yahweh, malak YHWH) se tenait près de l'aire d'Ornan, le Jébusien. 16 David leva les yeux, et vit l'ange de l'Éternel(en hébreu : ange de Yahweh, malak YHWH)se tenant entre la terre et le ciel et ayant à la main son épée nue tournée contre Jérusalem. Alors David et les anciens, couverts de sacs, tombèrent sur leur visage. » 1Chroniques 21 : 1 à 16.                                                                                            

L’enseignement à tirer de ce texte c’est que Yaweh a conduit son ange à Jérusalem pour qu’il fasse le travail d’exterminateur des Israélites conséquemment au péché. Mais, voyant l’ampleur du dégât causé par son ange, il lui demandera de mettre  fin à son travail alors que cet ange se trouvait déjà à Jérusalem près d’un champ, sabre dégainé prêt à frapper.

De toute évidence, il apparaît clairement que l’ange du Seigneur ou selon le texte hébraïque, l’ange de Yahweh, qu’a vu David, est une entité distincte et séparée de Yaweh car il est au service de ce dernier. Cela contredit la doctrine de Nkusu Nzalampanda et apporte également la preuve que Yaweh n’est pas un ange.

Voici le deuxième texte :                                                                                                                « Alorsl'ange de l'Éternel (en hébreu :ange de Yahweh, malak YHWH) prit la parole etdit: Éternel des armées(en hébreu :Yahweh, YHWH),jusques à quand n'auras-tu pas compassion de Jérusalem et des villes de Juda, contre lesquelles tu es irrité depuis soixante-dix ans? 13 L'Éternel(en hébreu : Yahweh, YHWH) répondit par de bonnes paroles, par des paroles de consolation, à l'ange qui parlait avec moi. 14 Et l'ange qui parlait avec moi me dit: Crie, et dis: Ainsi parle l'Éternel des armées(en hébreu : Yahweh, YHWH) : Je suis ému d'une grande jalousie pour Jérusalem et pour Sion, 15 et je suis saisi d'une grande irritation contre les nations orgueilleuses; car je n'étais que peu irrité, mais elles ont contribué au mal. 16 C'est pourquoi ainsi parle l'Éternel: Je reviens à Jérusalem avec compassion; ma maison y sera rebâtie, et le cordeau sera étendu sur Jérusalem. 17 Crie de nouveau, et dis: Ainsi parle l'Éternel des armées: Mes villes auront encore des biens en abondance; l'Éternel consolera encore Sion, il choisira encore Jérusalem ». Zacharie 1 : 12 à 18.

L’ange de l’Eternel s’adresse à Yaweh, Nkusu et ses collègues présentent Yahweh comme ce même ange sans prendre la moindre précaution de préciser au lecteur que c’était pour rire.                                  

L’on doit également comprendre que l’ange du Seigneur (ange de Yahweh dans le texte hébraïque) n’est pas un dieu inférieur comme l’enseigne bêtement le Kimbanguisme dit traditionnel, mais une entité distincte et séparée de lui, son porte-parole.La preuve de cela se trouve aussi être Exode 23 : 20 à 23  qui déclare :          « 20 Voici, j'envoie (c’est Yahweh qui envoie) un ange devant toi, pour te protéger en chemin, et pour te faire arriver au lieu que j'ai préparé. 21 Tiens-toi sur tes gardes en sa présence, et écoute sa voix; ne lui résiste point, parce qu'il ne pardonnera pas vos péchés, car mon nom est en lui. 22 Mais si tu écoutes sa voix, et si tu fais tout ce que je te dirai, je serai l'ennemi de tes ennemis et l'adversaire de tes adversaires. 23 Mon ange marchera devant toi, et te conduira chez les Amoréens, les Héthiens, les Phéréziens, les Cananéens, les Héviens et les Jébusiens, et je les exterminerai.»                                                                          

Yaweh promet d’envoyer son ange pour conduire et protéger Israël.  Cet ange a son autorité et est son porte-parole.C’est cet ange, envoyé par Yaweh, qui a rencontré Moise dans une flamme de feu tel que rapporté dans Exode au chapitre 3.                                                                                                         

Rapportant cette histoire, Pierre souligne clairement deux choses importantes. Primo, Moise n’avait pas rencontré Yaweh mais son ange et, secundo, c’est lorsqu’il s’approchait pour voir le feu que Yaweh fit entendre sa voix dans les buissons ardents. C’est cet ange qui lui a accompagné tout au long de sa mission. Il est clairement rapporté :

« Quarante ans plus tard, un ange lui apparut, au désert de la montagne de Sinaï, dans la flamme d'un buisson en feu. 31 Moïse, voyant cela, fut étonné de cette apparition; et, comme il s'approchait pour examiner, la voix du Seigneur se fit entendre: 32 Je suis le Dieu de tes pères, le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. Et Moïse, tout tremblant, n'osait regarder. 33 Le Seigneur lui dit: Ôte tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est une terre sainte. 34J'ai vu la souffrance de mon peuplequi est en Égypte, j'ai entendu ses gémissements, et je suis descendu pour le délivrer. Maintenant, va, je t'enverrai en Égypte. 35Ce Moïse, qu'ils avaient renié, en disant: Qui t'a établi chef et juge? C’est lui que Dieu envoya comme chef et comme libérateur avec l'aide de l'angequi lui était apparu dans le buisson ». Actes des Apôtres 7 : 30 à  35.                                                   

 Qui est le Dieu qui a envoyé Moïse avec l’aide de l’ange qui lui était apparu dans le buisson ? Le contexte prouve à suffisance qu’il s’agit de Yaweh, les versets 17,20 et 25. C’est clair que Yaweh ne peut pas être son propre ange qui était apparu à Moïse !

 

                          Section cinquième : Lucifer, le dieu d’Adam et Eve ?

« L’esprit du sage fonctionne bien, mais le sot comprend tout de travers. Le sot apparaît sur la route et, comme le bon sens lui manque totalement, tout le monde constate qu’il est fou. »Ecclésiaste 10 : 2 à 3 !                                                   

Lobola avait précédemment mis en exergue la doctrine Nkusu sur Lucifer : « Viendra le tour de Lucifer qui signifie l’ange de lumière. Cet être céleste ou cette créature vivante fut créé au cycle de la lune. Rebelle par nature, il a été détrôné et fut remplacé par  Yaweh».                                                                                  Cela voudrait tout simplement dire que Yaweh ne serait devenu le  Dieu d’Adam et Eve qu’après que leur précédent dieu Lucifer les ait  abusés et déroutés, ce qui lui aurait amené à sa déchéance et à son remplacement.

Pour faire sauter ce blasphème, l’on doit bien lire la Bible.  En effet, il n’est dit nulle part que Lucifer était le dieu d’Adam et Eve et que Yaweh était devenu leur Dieu après la déchéance de Lucifer. Aucun imposteur n’a jamais soutenu une telle incongruité !                                       

D’après la Bible, c’est Yaweh qui a créé Lucifer, le serpent .Il est écrit :

 «1 Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l'Éternel(en hébreu : Yahweh, YHWH) Dieu avait faits. Il dit à la femme: Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? 2 La femme répondit au serpent: Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. 3 Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n'en mangerez point et vous n'y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. 4 Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point; 5 mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. 6 La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea. 7 Les yeux de l'un et de l'autre s'ouvrirent, ils connurent qu'ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des ceintures ». Genèse 3 : 1 à 7.                                                                    

Comment Yaweh (l’Eternel) pouvait –il devenir le Dieu d’Adam et Eve après la déchéance  de Lucifer alors qu’il a été leur Dieu depuis toujours, lui le Dieu créateur de toutes choses ? Comment Nkusu Nzalampanda peut-il soutenir que Lucifer était le dieu d’Adam et Eve alors qu’il est une créature de Yaweh ?  Quelle insolence !  Cette insolence de Nkusu et de son porte-parole Lobola qui traduit leur ignorance de la Bible ne trouve sa justification que dans cette sentence de Salomon « Ce qui intéresse le sot n’est pas de comprendre, mais de faire étalage de ses propres pensées. » Proverbes 18 : 20, car le lecteur objectif et en parfaite santé mentale sait qui est Yaweh d’après la Bible.                                                                              Le véritable problème de Nkusu c’est qu’il manque une bibliothèque appropriée pour mener de recherches sérieuses, sinon il aurait appris que l’Eternel et Seigneur sont une traduction française du nom « Yaweh ».         Pire encore, le Prince congolais des ténèbres ignore totalement que Yaweh est le Dieu de Genèse. S’il avait mené une bonne recherche ou s’il avait une bonne bibliothèque et qu’il lisait aussi correctement la Bible, il ne serait jamais arrivé à ce méli-mélo incohérent. La mauvaise lecture de la Bible est la base de toute son escroquerie.                                                                                                                                                 

                              Section sixième: L’identité des quatre êtres vivants

« Quand le sage parle, il donne envie de s’instruire, mais la bouche des sots répand la bêtise». Proverbes 15 : 2.

Contrairement à sa doctrine mensongère qui voit aux quatre êtres vivants de la Bible les quatre dieux de races, autrement appelés les dieux inférieurs, en l’occurrence Yaweh, Allah, Wamba et Izuara, la Bible enseigne que ces êtres vivants ne sont pas des dieux mais des chérubins au service de Yaweh.Dans le livre d’Ezéchiel l’on trouve de riches renseignements sur les quatre êtres vivants. Le premier texte rapporte :

« 3 la parole de l'Éternel fut adressée à Ézéchiel, fils de Buzi, le sacrificateur, dans le pays des Chaldéens, près du fleuve du Kebar; et c'est là que la main de l'Éternel fut sur lui. 4 Je regardai, et voici, il vint du septentrion un vent impétueux, une grosse nuée, et une gerbe de feu, qui répandait de tous côtés une lumière éclatante, au centre de laquelle brillait comme de l'airain poli, sortant du milieu du feu. 5 Au centre encore, apparaissaient quatre animaux, dont l'aspect avait une ressemblance humaine. 6 Chacun d'eux avait quatre faces, et chacun avait quatre ailes. 7 Leurs pieds étaient droits, et la plante de leurs pieds était comme celle du pied d'un veau, ils étincelaient comme de l'airain poli. 8 Ils avaient des mains d'homme sous les ailes à leurs quatre côtés; et tous les quatre avaient leurs faces et leurs ailes. 9 Leurs ailes étaient jointes l'une à l'autre; ils ne se tournaient point en marchant, mais chacun marchait droit devant soi. 10 Quant à la figure de leurs faces, ils avaient tous une face d'homme, tous quatre une face de lion à droite, tous quatre une face de bœuf à gauche, et tous quatre une face d'aigle. 11».Ezéchiel 1 : 3 à 11

Dans sa vision, le prophète Ezéchiel voit quatre animaux près du fleuve du Kébar. Dans le deuxième texte, rapportant la même vision, il décline leur identité : les quatre animaux sont les quatre êtres vivants, des chérubins au service de Yaweh :

«14 Chacun avait quatre faces; la face du premier était une face de chérubin, la face du second une face d'homme, celle du troisième une face de lion, et celle du quatrième une face d'aigle. 15 Et les chérubins s'élevèrent.C'étaient les animaux que j'avais vus près du fleuve du Kebar... 18 La gloire de l'Éternelse retira du seuil de la maison,et se plaça sur les chérubins. 19 Les chérubins déployèrent leurs ailes, et s'élevèrent de terre sous mes yeux quand ils partirent, accompagnés des roues.Ils s'arrêtèrent à l'entrée de la porte de la maison de l'Éternel vers l'orient; et la gloire du Dieu d'Israël était sur eux, en haut. 20 C'étaient les animaux que j'avais vus sous le Dieu d'Israël près du fleuve du Kebar, et je reconnus que c'étaient des chérubins ». Ezéchiel 10 : 14 à 15 et 18 à 20.

Si Yaweh était un de ces quatre êtres vivants, comme Nkusu Nzalampanda, le menteur inspiré, l’enseigne dans sa doctrine, ces derniers ne seraient pas sous sa glorieuse présence.La Bible est catégorique : les quatre êtres vivants sont des chérubins au service de Yaweh et non des dieux de races. Nkusu et ses collègues messies de pacotille du Kimbanguisme dit traditionnel n’ont aussi jamais lu ces versets d’Ezéchiel. Un autre texte souligne : « 16 Éternel des armée(en hébreu : Yahweh), Dieu d'Israël, assis sur les chérubins! C'est toi qui es le seul Dieu  de tous les royaumes de la terre, c'est toi qui as fait les cieux et la terre ».Esaie 37 : 16.                                                                                                                      

Si le dieu des Noirs Mfumu Wamba faisait partie des quatre êtres vivants, selon la doctrine de Nkusu Nzalampanda, il serait un serviteur adorateur de Yaweh à la lumière des textes d’Ezéchiel. L’on comprend également que Yaweh ne peut pas faire partie des anges qui l’adorent.

Ce point prouve à suffisance que cette doctrine sur les quatre êtres vivants n’est qu’une imposture. Si Nkusu était un prophète authentique, il n’aurait jamais fourni cette explication  fallacieuse sur les quatre êtres vivants ! De qui tire –t-il ces mensonges ? Est-ce de Papa Simon KIMBANGU ou de ses ancêtres aveugles et ignorants ? Avec ses mensonges affreux, Nkusu se moque de Papa Simon KIMBANGU dont il serait l’incarnation. Ce ne serait plus Nkusu qui ment mais Papa Simon KIMBANGU, qui mentirait en lui.                                                                                  

Apprendre une fausse doctrine religieuse à un homme et de surcroit à tout un peuple vaut plus que le tuer physiquement.En lieu et place de tels enseignements somnifères du Kimbanguisme dit traditionnel, il serait moins dangereux de n’avoir point du tout de religion, que d’en avoir une mauvaise. C’est un devoir moral qui pèse sur les épaules de tout homme sensé d’empêcher de tels imposteurs de conduire les populations dans un gouffre.

Sa supercherie se voit davantage lorsque l’on tient compte du fait que Jésus, fils de Marie, était l’envoyé de Yahweh, un des supposés quatre êtres vivants d’après sa doctrine. Lorsque l’on lit dans l’Apocalypse de Jean, l’on voit les quatre êtres vivants, parmi lesquels se trouveraient Mfumu Wamba et Yaweh, faire montre de leur infériorité devant Jésus, fils de Marie. Comment cela, dira t- on ? Ce texte très significatif mérite d’être relevé :    « Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre. 7 Il vint, et il prit le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône. 8 Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l'agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d'or remplies de parfums, qui sont les prières des saints. 9 Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant: Tu es digne de prendre le livre, et d'en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation; 10 tu as fait d'eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. 11 Je regardai, et j'entendis la voix de beaucoup d'anges autour du trône et des êtres vivants et des vieillards, et leur nombre était des myriades de myriades et des milliers de milliers. 12 Ils disaient d'une voix forte: L'agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire, et la louange. 13 Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre, sur la mer, et tout ce qui s'y trouve, je les entendis qui disaient: A celui qui est assis sur le trône, et à l'agneau, soient la louange, l'honneur, la gloire, et la force, aux siècles des siècles! 14 Et les quatre êtres vivants disaient: Amen! Et les vieillards se prosternèrent et adorèrent.» Apocalypse 5 : 6 à 14.                                                                                                                                  

Les quatre êtres vivants s’étaient prosternés devant Jésus, fils de Marie. Pourquoi alors le fieffé menteur prêche t-il que la spiritualité ne traverse jamais de frontières alors que la prosternation du supposé dieu de la race noire devant Jésus, fils de Marie, est plus que cela ?                                 

Si Mfumu Wamba accepte la glorification de Jésus, fils de Marie,  par toutes les créatures de l’univers, en disant : « amen », quel dieu  pouvait –il encore envoyer Nkusu aux Noirs, qui font pourtant partie des créatures de l’univers, avec un message leur interdisant de glorifier Jésus, fils de Marie ?                                                  J’ai du mal à concevoir que de telles inepties et blasphèmes puissent provenir d’un envoyé de Dieu! C’est une évidence qu’il est en flagrante contradiction avec son dieu, qui serait un des quatre êtres vivants.           

Un autre détail mérite d’être mis en relief à ce propos. Toujours d’après la doctrine fabriquée de toutes pièces par ce confusionniste qui navigue à perte de vue, l’agneau égorgé dont parle l’Apocalypse c’est le faux Jésus, le serviteur du diable que l’on prêche dans le monde. Son complice Lobola –Lo-Ilondo, l’a clairement précisé au chapitre X intitulé « Qui est Jésus ?» de son livre précité »  :                                                                                                                  « A. Le vrai et le faux Jésus                                                                                    En titrant ce chapitre de cette façon, le lecteur a failli passer la page car s’est-il dit, Jésus n’est pas une personne à présenter alors qu’en réalité cet homme est une personnalité la plus confuse de l’histoire des hommes. Jésus le roi des rois, le sauveur des hommes est en vérité le fils de la bête, le démon présenté par Jean dans le livre apocalyptique. Emmanuel le vrai envoyé de Yaweh pour libérer Israël, n’est pas à confondre avec le précité mais hélas c’est ça le cas aujourd’hui. Pour vous aider à comprendre leur différence, nous allons seulement étaler au grand jour leurs déclarations contradictoires…                                                                                                                      

                                        B. Jésus : le fils du dragon                                                                                  Le christianisme a toujours représenté le diable en forme d’une bête, en genèse, il était un serpent qui avait encore ses pattes. Jésus le roi des rois de la terre est justement né de cette bête, nous allons le démontrer tout à l’heure. Examinons la bible en lisant apocalypse 13 à partir du verset 1. Nous lisons ceci : « … et j’ai vu une bête sauvage monter de la mer avec dix cornes et sept têtes des noms blasphématoires. Or la bête sauvage que j’ai vue était semblable à un léopard mais ses pieds étaient comme ceux d’un ours et sa gueule comme la gueule d’un lion. Et le dragon a donné à la bête sa puissance et son trône et une grande autorité. » Apocalypse 13 : 1-2. Il convient de préciser ici que la bête sauvage dont il est question ici est un prince humain à qui l’on fera porter la couronne (diadèmes). En faisant ressembler ses pieds à ceux de l’ours, on veut seulement marquer la station verticale de l’homme pratiqué parfois par l’ours animal cruel. Ce roi sera à la fois beau et cruel, c’est pour cette raison qu’il ressemblera au léopard et au lion. Il régnera au nom de son père qui lui donnera tout pouvoir sur la terre, précision du verset…  « Et j’ai vu l’une de ses têtes comme égorgée à mort, mais le coup mortel qu’elle avait reçu s’est guéri et toute la terre a suivi la bête sauvage avec admiration. Et ils ont adoré le dragon par ce qu’il avait donné l’autorité à la bête sauvage et ils ont adoré la bête sauvage par ces mots : Qui est semblable à la bête sauvage ?... Au terme de notre dessin  que nous venons de présenter à la place publique, même un enfant né il y a moins de 3 jours sait découvrir que notre bête dessiné avec précision dans les détails est bel et bien Jésus le roi des rois. Que notre lecteur comprenne une fois pour toute que la vision de Jean sur le dragon qui a donné sa gloire à son fils s’est pleinement réalisée dans la déification de Jésus ressuscité. Cette aventure, comme la précise apocalypse est diabolique car Jéhovah avait lui-même juré en ces termes : « Je suis Jéhovah. C’est là mon nom et je ne donnerai ma gloire à nul autre, ni ma louange à des images taillées. » Esai 42 : 8 . Alors, la gloire que Jésus partage aujourd’hui avec son père est en contradiction totale avec le juron de ce dernier, mais en parfait accord avec la vision apocalyptique de Jean. Celui qui s’est fait suivre par toute la terre, c’est celui qui s’est assis sur le temple et qui s’est proclamé Dieu (II Thess 2 : 4) son nom c’est Jésus le roi des rois de la terre. Ce démon (fils du dragon) qui traverse des océans pour ériger son église et pour chercher  quelques prosélytes n’est pas à confondre avec Emmanuel Jésus le Christ, le vrai, qui ne peut autoriser ce genre de chose. (Math 23 :15). »                                            

Au lecteur objectif de constater avec moi que Mfumu Wamba s’était prosterné devant l’agneau égorgé que Nkusu présente comme étant un démon, le faux Jésus, et a approuvé la glorification de ce dernier par les créatures de l’univers dont les Noirs. Ceci est une indication claire que le dieu que prêche Nkusu n’a pas la faculté de discernement ! Comme l’on ne peut donner que ce que l’on a, Nkusu non plus ne peut avoir l’esprit de discernement ! L’obtiendrait-il de son dieu qui en est dépourvu ? Non.                                                                                                                         

Si  Mfumu Wamba n’est pas en mesure de différencier le vrai du faux Jésus, au point de se prosterner devant le démon, peut-on logiquement s’attendre à ce que son envoyé, le blasphémateur Nkusu, discerne la vérité du mensonge?  La réponse est sûrement non. C’est logique ! Le comble dans tout cela c’est que le dieu mythologique de Nkusu, qui serait un serviteur de Yaweh, aurait adoré le démon en présence du Père-créateur dans la sphère spirituelle, Papa Simon KIMBANGU, son messager, a adoré le même démon des années durant sans s’en apercevoir  alors qu’il serait celui qui révèle les choses cachées et Simon Nkusu Nzalampanda, a poursuivi avec l’adoration du même démon. Manque d’esprit de discernement ! Que peut-on attendre d’un adorateur du Diable, dieu, sauveur et son incarnation, soient-ils ?   Au royaume des aveugles, Nkusu est roi !                                                                                   

Qui de Mfumu Wamba et du menteur Nkusu doit –on croire ? C’est encore clair qu’il n’émet pas sur la même longueur d’ondes avec son dieu qui reconnaît son infériorité devant Jésus, fils de Marie !                                                                                    

Le lecteur avisé se rend davantage compte que Nkusu ne sait pas de quoi il parle. L’on doit avoir de souci  mental pour croire aux blasphèmes produits par ce lecteur occasionnel de la Bible dépourvu d’une bibliothèque adéquate.                                                                                                                                       

Il y a encore lieu de mettre en relief que poussé par sa grande ignorance de la Bible dont il se fonde pourtant pour asseoir sa doctrine, il entretient la confusion en prenant les anges qui retenaient les vents dans les quatre directions présentés dans le livre de l’Apocalypse au chapitre sept pour les quatre êtres vivants, une façon pour lui de soutenir sa doctrine de quatre dieux inférieurs placés  dans les quatre directions cardinales. Comment  ne serait-il  pas arrivé là lorsqu’il y a le chiffre quatre ?Il ne lui restait qu’à dire que le défunt gouvernement congolais de 1+4 était une illustration parfaite de sa doctrine d’un dieu tout-puissant (le président Joseph Kabila) qui serait assisté par 4 autres petits dieux (les vice-présidents J.P. Bemba, A.Yerodia,Z. Ngoma et D.Ruberwa.                  Le texte en question se lit : « Après cela, je vis quatre anges debout aux quatre coins de la terre; ils retenaient les quatre vents de la terre, afin qu'il ne soufflât point de vent sur la terre, ni sur la mer, ni sur aucun arbre. 2 Et je vis un autre ange, qui montait du côté du soleil levant, et qui tenait le sceau du Dieu vivant; il cria d'une voix forte aux quatre anges à qui il avait été donné de faire du mal à la terre et à la mer, et il dit: 3 Ne faites point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu'à ce que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu. »Apocalypse 7 : 1 à 3 .

Le Dieu vivant assis sur le trône, c’est Yaweh. Cela reviendrait à croire, conformément à la doctrine de Vuvamu, que Mfumu Wamba, qui serait l’un des  quatre anges ou êtres vivants, aurait reçu de Yaweh le pouvoir de nuire à la terre et à la mer. Cela consacrerait la supériorité de Yaweh sur lui !                                   De plus, comment un ange, non autrement identifié, aurait reçu le pouvoir d’interpeller  Mfumu Wamba et les trois autres dieux mythologiques de la doctrine de Vuvamu en leur intimant l’ordre d’arrêter temporairement leur entreprise jusqu’à ce qu’il marque les fronts des serviteurs de Yaweh, si Yaweh était un des quatre êtres vivants ?  Il est écrit : « 9 Après cela, je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l'agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains. 10 Et ils criaient d'une voix forte, en disant: Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l'agneau. 11 Et tous les anges se tenaient autour du trône et des vieillards et des quatre êtres vivants; et ils se prosternèrent sur leurs faces devant le trône, et ils adorèrent Dieu, 12 en disant: Amen! La louange, la gloire, la sagesse, l'action de grâces, l'honneur, la puissance, et la force, soient à notre Dieu, aux siècles des siècles! Amen! » Apocalypse 7 : 9 à 12

Comment les quatre êtres vivants peuvent-ils adorer Yaweh s’il fait partie d’eux, d’après le Kimbanguisme dit traditionnel ?  Le comble c’est que le Chef spirituel de Vuvamu est allé très loin dans son imagination en enseignant qu’il a reçu une couronne spirituelle, symbole de la connaissance, comme un des trois signes de son apostolat! Cependant, toutes ces évidences prouvent, pour qui veut comprendre, que Nkusu Nzalampanda n’est qu’un imposteur qui s’ignore ; il n’a pas été inspiré par son fameux dieu avec qui il est en désaccord total. Aussi, je ne contredis pas qu’il ait reçu une couronne spirituelle à Mpemba Kalunga, le monde spirituel des Noirs.Ceci explique d’ailleurs mon choix de sa photo portant symboliquement une couronne sur la couverture du présent livre. Mais, au regard des faits y présentés, c’est justice de préciser que c’est une couronne de l’ignorance, de blasphèmes et de l'imposture.

Acculé par ces arguments de taille, Nkusu s’est contenté un jour de dire que Mfumu Wamba ne s’était pas prosterné devant Jésus, la Bible a été falsifiée. Donc, cet épisode n’est pas véridique.                                         J’ai trouvé sa réponse très minable et maladroite. En effet, ni les juifs ni les chrétiens, personne ne croit que les quatre êtres vivants seraient les dieux de races, encore moins que Yahweh serait l’un d’eux. Les chrétiens auraient pu inventer cet épisode si et seulement s’ils croyaient que ces êtres vivants étaient de dieux de races pour ridiculiser par exemple le dieu des Noirs en insinuant son infériorité à Jésus. Aucun juif ne croit qu’il y a un dieu au dessus de Yahweh pour que ce dernier soit un des quatre êtres vivants. Les deux textes, Ezéchiel chapitre 10 et Essaie 37, présentés en rapport avec les quatre êtres vivants ont clairement établi qu’ils étaient les anges de Yahweh. Il n’y a aucune raison à ce que l’on disqualifie cet épisode d’Apocalypse au motif que la Bible a été falsifiée. La vraie raison c’est que le blasphémateur Nkusu a été surpris par la justesse de mes arguments et il ne sait plus faire marche arrière. C’est fort possible qu’il réserve la même réponse à toutes mes antithèses présentées dans ce livre.                                                                                                                                                           

                      Section septième : Les anges gardiens des peuples                                                                 « Celui qui répand des paroles fausses est un vaurien, un homme immoral ». Proverbes 6 :12                                                                                                                   

Je me dois de souligner que contrairement aux mensonges et blasphèmes de Nkusu, le texte de la traduction de la Bible en français courant ne dit pas que les êtres célestes ont été placés sur les races, mais bien sur les peuples. Cette attitude de Nkusu Nzalampanda n’est pas surprenante. « Le sage indique l’étoile, le sot regarde le doigt au lieu de regarder vers le ciel», dit un proverbe chinois. Pour paraphraser ce proverbe, je dirai : « La Bible en français courant parle de peuple, Nkusu comprend la race ».                                           Pourtant, il n’existe pas un seul verset biblique qui souligne qu’il y a un ange protecteur pour chaque race, encore moins que  quatre êtres vivants ont été placés pour les quatre races humaines. Cela n’existe que dans l’imagination de Nkusu, le roi des illusionnistes.

Il est spécifié dans sa doctrine qu’il existe qu’un dieu inférieur placé pour superviser chaque race humaine. Comme il y a quatre races principales, ces anges superviseurs ou dieux de races sont au nombre de quatre.                                                                                                                                                      

Il y a lieu ici de poser la question essentielle qui doit consister à connaître l’identité des êtres célestes placés au dessus des peuples selon la Bible en français courant. Seraient-ils les quatre  dieux inférieurs, Allah, Jéhovah, Izuara et Wamba, selon Nkusu Nzalampanda, le prophète de la confusion ?                                     La réponse n’est pas à chercher loin. Le livre de Daniel éclaire la question :                                                    «11 Le personnage me dit : «Daniel, toi que Dieu aime, efforce-toi de comprendre le sens des paroles que je t'adresse. Tiens-toi debout, car c'est auprès de toi que j'ai été envoyé en cet instant.» A ces mots, je me mis debout en tremblant encore. 12 Il ajouta : «N'aie pas peur, Daniel ! Dès le premier jour où tu as manifesté ton humble soumission envers ton Dieu, en ayant à cœur de comprendre ce qui se passait, ta prière a été entendue et je me suis mis en route pour t'apporter la réponse. 13 Mais l'ange protecteur de l'empire perse s'est opposé à moi pendant vingt et un jours, jusqu'au moment où Michel e, l'un des principaux anges, est venu à mon aide. J'ai donc été retenu auprès des rois de Perse.14 Et maintenant je viens pour te faire comprendre ce qui arrivera à ton peuple dans l'avenir, car voici encore une vision qui concerne ce temps-là…20 Il reprit : «Sais-tu pourquoi je suis venu vers toi ? C'est pour t'annoncer ce qui est écrit dans le livre de vérité. Pourtant j'ai encore à combattre l'ange protecteur de la Perse, et juste au moment où je vais y aller, l'ange protecteur de la Grèce arrive. Et personne ne m'aide à combattre ces adversaires, si ce n'est Michel, l'ange protecteur d'Israël.» Daniel 10 : 11 à 13 et 20 à 21.

Les êtres célestes placés au dessus des peuples et non des races sont des anges protecteurs des peuples. Dans une race, il y a des peuples. Les Israélites et les Grecs sont deux peuples distincts issus de la race blanche. En présentant  deux anges protecteurs distincts pour deux peuples issus de la race blanche : Michel, l’ange protecteur d’Israël, et un autre ange non nommé protecteur de la Grèce, la Bible contredit et rejette la doctrine de Nkusu.                                                                                                                      Malgré son talent indéniable de prophète de l’ignorance, il ne saura jamais nier que les Grecs sont issus de la race blanche. Et pourtant ils ont un ange protecteur différent de Michel. Or, il enseigne dans Vuvamu qu’il n’existe qu’un seul ange protecteur pour une race, jamais deux anges protecteurs ou superviseurs. Comprenne qui veut !                                                                  

Encore faudra t-il souligner que contrairement aux mensonges sacrés tissés de fil rouge de cet extrémiste ignorant déterminé à fouler la vérité par terre par son attitude fondamentalement confuse et indécise, ce n’est pas Yaweh qui est présenté ici comme l’ange protecteur des Israélites mais Michel qui, lui-même, est un ange de Yahweh selon le contexte des passages précités du livre de Daniel. Donc, pour que Yaweh soit l’ange protecteur d’Israël, il devait être son propre ange Michel. La Bible le souligne clairement :     

 « L'ange me dit encore : «En ce temps-là paraîtra Michel, le chef des anges, le protecteur de ton peuple. Ce sera un temps d'angoisse, comme il n'y en aura jamais eu depuis qu'une nation existe et jusqu'à ce moment-là. Alors seront sauvés tous ceux de ton peuple dont le nom sera inscrit dans le livre de vie» Daniel 12 : 1.     Si le ridicule pouvait tuer!                                                                   

Aliéné par les idioties de ses messies docteurs en ignorance, le Kimbanguisme dit  traditionnel est une insulte de plus ajoutée à l’humiliation des négro-africains meurtris. En lieu et place de l’éveil qu’il prétend son cheval de bataille, les Noirs en deviennent davantage des cadavres vivants  roulés dans la poussière.                                                                                                                      

En rapport avec le texte de Daniel au chapitre 10, je vois mal comment les anges s’opposeraient entre eux. Des interprètes ont souligné ici qu’il s’agirait plutôt des dirigeants de ces nations et non des anges, créatures spirituelles.Ceci démontre l’absurdité de cette thèse.

                                                                                        

                  

               Section huitième : La réfutation biblique du mono- polythéisme

          « Le méchant est pris au piège de ses propres mensonges… »Proverbes 12 : 13

Une des hérésies inventées par le Kimbanguisme dit traditionnel, c’est la fameuse doctrine mono-polythéiste : la croyance en l’existence de quatre dieux de races émanant et dépendant du Dieu créateur. 

Pour asseoir cette doctrine, il se fonde sur les concepts bibliques  Elohim (pluriel de l’Eloah), les quatre créatures vivantes et les dieux comme une preuve de cela.   

J’ai précédemment réfuté les fondements de cette pensée déviationniste. Le seul point à réfuter est la notion de l’existence de plusieurs dieux autour du Dieu Créateur. Le texte qui est souvent présenté en dehors de Deutéronome 32 c’est celui de Psaume : « Dieu se place dans l’assemblée divine au milieu des dieux … Vous êtes des dieux et vous êtes tous fils du Très-Haut. » Psaume 82 : 1 et 6.                              

Etant donné que j’ai décliné l’identité des quatre êtres vivants qui sont des chérubins au service de Yaweh et non des dieux de races ou de grandes religions, il ne me reste qu’à traiter une fois pour toutes la question relative à Psaume 82 et celle d’Elohim.

Nkusu évolue dans une confusion indescriptible. Lorsqu’on parle du coq, lui comprend le canard. C’est vraiment très triste pour celui qui a reçu et porte la couronne de la connaissance, que dis-je, la couronne de l’ignorance et de blasphèmes !                                                                                                                       Dans le texte de Psaumes 82 il n’est nullement question des êtres célestes appelés dieux, il s’agit des humains, les juges iniques d’Israël. Le contexte le prouve : « 1 Psaume d'Asaph.
Dieu se tient dans l'assemblée de Dieu; Il juge au milieu des dieux ». Psaumes 82 : 1.                                     Le problème avec les hérétiques c’est lorsqu’il est souligné que Dieu juge au milieu des dieux. Pour résoudre le problème qui n’existe pas, en d’autres termes, pour dissiper les malentendus des hérétiques, il est impérieux de mettre l’accent sur ceux qui sont désignés ici  dieux. La suite du texte de Psaume 82 indique clairement qu’il s’agit des juges d’Israël qui rendaient l’injustice dans la société au nom de Dieu pour lequel  la justice devait être rendue et à qui Dieu, le juge suprême, s’était adressé pour leur formuler des reproches : 

« 2 Jusques à quand jugerez-vous avec iniquité, Et aurez-vous égard à la personne des méchants? Pause. 3 Rendez justice au faible et à l'orphelin, Faites droit au malheureux et au pauvre, 4 Sauvez le misérable et l'indigent, Délivrez-les de la main des méchants. 5 Ils n'ont ni savoir ni intelligence, Ils marchent dans les ténèbres; Tous les fondements de la terre sont ébranlés. 6 J'avais dit: Vous êtes des dieux, Vous êtes tous des fils du Très-Haut. 7 Cependant vous mourrez comme des hommes, Vous tomberez comme un prince quelconque. 8 Lève-toi, ô Dieu, juge la terre! Car toutes les nations t'appartiennent ».Psaumes 82 : 2 à 8 .                                                                                   

Le lecteur comprend aisément que les dieux dans ce texte de Psaume étaient les juges d’Israël. Comme juges, ils remplissaient le rôle de Dieu, le Juge suprême et rendaient justice en son nom en Israël. Voilà pourquoi ils ont été appelés dieux. Cela n’a rien avoir avec les dieux de la fameuse hiérarchie divine de Vuvamu. Quel blasphème ! 

Ce texte de Psaume 82 est à mettre dans le panier d’autres versets comme par exemple : « 1 L'Éternel dit à Moïse: Vois,je te fais Dieu pour Pharaon: et Aaron, ton frère, sera ton prophète. 2 Toi, tu diras tout ce que je t'ordonnerai; et Aaron, ton frère, parlera à Pharaon, pour qu'il laisse aller les enfants d'Israël hors de son pays ». Exode 7 : 1  à 3. 

Tout le monde sait que Moise était un homme, un porte- parole fidèle de Dieu. Il n’a jamais été Dieu et pourtant il a été fait Dieu par Dieu. Cela a un sens. Ca veut seulement dire qu’il était représentant de Dieu auprès de Pharaon. Dieu est Dieu, on ne le devient pas. Bien avant cela, il a été dit que Moise tiendrait la place de Dieu :                                                                                                                                    « 10 Moïse dit à l'Éternel: Ah! Seigneur, je ne suis pas un homme qui ait la parole facile, et ce n'est ni d'hier ni d'avant-hier, ni même depuis que tu parles à ton serviteur; car j'ai la bouche et la langue embarrassées. 11 L'Éternel lui dit: Qui a fait la bouche de l'homme? Et qui rend muet ou sourd, voyant ou aveugle? N'est-ce pas moi, l'Éternel? 12 Va donc, je serai avec ta bouche, et je t'enseignerai ce que tu auras à dire. 13 Moïse dit: Ah! Seigneur, envoie qui tu voudras envoyer. 14 Alors la colère de l'Éternel s'enflamma contre Moïse, et il dit: N'y a t-il pas ton frère Aaron, le Lévite? Je sais qu'il parlera facilement. Le voici lui-même, qui vient au-devant de toi; et, quand il te verra, il se réjouira dans son cœur. 15 Tu lui parleras, et tu mettras les paroles dans sa bouche; et moi, je serai avec ta bouche et avec sa bouche, et je vous enseignerai ce que vous aurez à faire. 16Il parlera pour toi au peuple; il te servira de bouche, et tu tiendras pour lui la place de Dieu. 17 Prends dans ta main cette verge, avec laquelle tu feras les signes ».Exode 4 : 10 à 17 .
L’on doit être déphasé pour s’appuyer sur de tels versets pour dire qu’il y a un Dieu et des dieux, donc plusieurs dieux.        

A propos de la pluralité de dieux, la Bible réfute cette doctrine pernicieuse. Aucun prophète ne l’a enseigné. C’est une hérésie contre laquelle les prophètes s’étaient énergiquement opposés. Il faudra néanmoins souligner  que les prophètes, Dieu y compris, savaient que les peuples se sont donnés des fausses  divinités en dehors du Dieu véritable, appelé Yaweh, l’Eternel des armées.                                                                                             

Dieu a dit pour sa part que les dieux des nations n’existent pas :                                                            « 7 Pourquoi te pardonnerais-je? Tes enfants m'ont abandonné, Et ils jurent par des dieux qui n'existent pas. J'ai reçu leurs serments, et ils se livrent à l'adultère, Ils sont en foule dans la maison de la prostituée ». Jérémie 5 : 7 .

David a dit : « 25 Car l'Éternel est grand et très digne de louange, Il est redoutable par-dessus tous les dieux(comprenez les faux dieux qui n'existent pas selon les mots de Dieu lui-même dans le passage précité de Jérémie 5 : 7); 26 Car tous les dieux des peuples sont des idoles, et l'Éternel a fait les cieux ». 1 Chroniques 16 : 25 à 26.                                       

L’unicité de Dieu ou le monothéisme est clairement proclamé dans la Bible:

« 6 Ainsi parle l'Éternel, roi d'Israël et son rédempteur,L’Éternel des armées:
 Je suis le premier et je suis le dernier, Et hors moi il n'y a point de Dieu8 N'ayez pas peur, et ne tremblez pas; Ne te l'ai-je pas dès longtemps annoncé et déclaré? Vous êtes mes témoins: Y a-t-il un autre Dieu que moi? Il n'y a pas d'autre rocher, je n'en connais point…». Esaie 44 :6 à 20. 

« 5 Je suis l'Éternel, et il n'y en a point d'autre, Hors moi il n'y a point de Dieu;
Je t'ai ceint, avant que tu me connusses. 6 C'est afin que l'on sache, du soleil levant au soleil couchant, Que hors moi il n'y a point de Dieu:
Je suis l'Éternel, et il n'y en a point d'autre
»Esaie 45 : 5 à 6.

« 4 Écoute, Israël! L’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel. 5 Tu aimeras l'Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. » Deutéronome 6 : 4

Je ne saurai jamais terminé cette analyse sans pour autant relever  deux points. Le premier point c’est que le concept Elohim, bien que signifiant « dieux », ne veut en aucune manière signifier l’existence de plusieurs dieux. Toutes les fois qu’il est employé en rapport avec Dieu, pour marquer qu’il s’agit d’un pluriel de majesté et de respect, jamais d’un pluriel de nombre, le verbe qui suit ce mot est toujours au singulier dans l’original hébreu, jamais au pluriel. Le cas le plus évident, c’est ce texte : « Et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. 27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. 28 Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre, et l'assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. 29 Et Dieu dit: Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d'arbre et portant de la semence: ce sera votre nourriture. 30 Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi. 31 Dieu vit tout ce qu'il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le sixième jour.» Genèse 1 : 26 à 31.

 A partir du verset 26 le mot traduit Dieu est Elohim (dieux). Voyez  que ses actions sont au singulier, jamais au pluriel : Dieu dit et pas les dieux dirent, et au verset 27, Dieu créa et non les dieux créèrent…                   De toute évidence, le concept « Elohim » ne traduit jamais la pluralité de dieux mais l’ensemble des attributs qu’il incarne. Il est à la fois le Créateur, le Saint, le Protecteur, le  Pardonneur, etc.     

Le  deuxième point sur lequel je dois mettre l’accent c’est en rapport avec la vengeance de Dieu. Dans leur discours insolent et plein de glorioles contre Dieu, Nkusu et son complice et ami Lobola soulignent que Yaweh ne peut pas être l’Etre Suprême car il est doué de la faculté de vengeance, qualité qui dénote qu’il est une créature qui peut être vaincue alors que le Créateur ne peut être vaincu  pour ainsi éprouver de la vengeance.                                                                                      

Je dois souligner que la vengeance de la part de Dieu ne traduit pas sa faiblesse ou son ressentiment d’être vaincu par qui que ce soit. En créant l’homme, il lui a doté du libre-arbitre et montré la voie à suivre. La vengeance de Dieu n’est que la répression de la transgression de sa volonté. Lorsque l’homme va à l’encontre de sa volonté exprimée, Dieu est lésé et de fois punit le contrevenant. En d’autres termes, la vengeance de Dieu, loin d’être un ressentiment d’une défaite, c’est plutôt la conséquence négative des actes des hommes alors que la vengeance appliquée par l’homme c’est une représailles, une revanche, un  ressentiment d’une défaite... Les mêmes mots peuvent être utilisés dans le chef de Dieu et dans le chef de l’homme avec de sens différents. 

Si les adeptes du Kimbanguisme dit traditionnel pouvaient réfléchir et comprendre, et non mémoriser comme des perroquets, ils arriveraient à la seule conclusion logique que leur doctrine  mono-polythéiste, avec toutes ses implications, n’est qu’un imbroglio macabre, une escroquerie éminemment religieuse de Nkusu qui insulte et KIMBANGU et nos ancêtres.  

Ses blasphèmes contre Dieu ne passeront plus désormais, cette doctrine somnifère aura remporté un succès d’une tige d’allumettes. Un homme célèbre a dit : « Un mensonge peut faire le tour de la terre le temps que la vérité mette ses chaussures ».

Je doute dans mon for intérieur que KIMBANGU aurait pu propager de tels mensonges monstrueux que ces imposteurs déguisés en ses disciples font avaler aux innocents aveugles qui croient en eux.  KIMBANGU est devenu un fond de commerce qui leur permet de s’enrichir.

Le mensonge a été rattrapé par la vérité. Adieu les mensonges du Kimbanguisme dit traditionnel!

« Les erreurs d’un violent mettent le monde en effervescence, avec un homme intelligent le calme revient». Proverbes 28 : 2 .

 

                                

 

                                                                 

                      

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 07/02/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site